Initiation à la classification phylogénétique

La classification du vivant actuelle et ces changements récents ne sont pas toujours compris. Ils sont parfois interprétés comme un phénomène de mode ou de mise à jour du contenu de l'enseignement.

Or, en sciences naturelles (Sciences de la Nature), la classification a pour objectif de rendre le monde qui nous entoure compréhensible. La classification du vivant actuelle a donc pour but ultime, non plus comme l'ancienne de placer l'Homme au centre, mais de traduire les degrés de parentés entre les espèces, de relater le plus fidèle possible l'apparition et l'évolution de la Vie sur notre planète Terre. En une phrase, la classification phylogénétique permet de comprendre la Vie et pas n'importe laquelle celle de l'Homme.

Grâce à elle, on comprend facilement que les dinosaures n'ont pas totalement disparus, que les crocodiles sont plus proches des oiseaux que des lézards et enfin que les baleines ne sont pas des "poissons". Le terme de "poisson" n'existant même plus.

La finalité n'est pas non plus d'aller au restaurant commandant un plat d'actinoptérygiens mais simplement de comprendre le monde qui nous entoure afin de mieux le protéger.


Pour cela, une fois que l'enfant est à l'aise avec le tri proposé grâce à l'hexagone des animaux, je lui propose de s'initier petit à petit à la classification du vivant à l'aide de différentes activités et un matériel que l'on pourrait nommer les "boites phylogénétiques" aux même couleurs que l'hexagone des animaux.

Idéalement, l'enfant a assisté aux deux dernières parties des Grands Récits afin d'être initier à l'évolution de la Vie de façon ludique et d'avoir en tête un aperçu globale de cette chronologie.


Lors de la première activité ( l'hexagone des animaux ), l'enfant a été initié au tri c'est à dire à discriminer les objets en fonction de critères binaires. En une phrase, il répond à la question " Qui a ?" "Qui n'a pas ?". C'est une sorte de clé de détermination simplifiée. Ce tri, certes avec ses avantages, ne permet pas de comprendre le monde qui nous entoure. Il correspond à une collection d'être vivants classer selon certains critères. On ne le fait pas mais on pourrait totalement imaginer un tri par taille d'animaux.


Lors de la seconde activité ( les boites de la phylogénétique), l'enfant (plus âgé) est amené à regrouper des objets en un ensemble car ils partagent au moins une propriété commune. Ainsi cette classification traduit des liens parenté entre les espèces. Elle crée alors des concepts qui s'embriquent les uns dans les autres ( comme des boites gigognes ;) ) et qui permettent de rendre intelligible le monde qui nous entoure. En résumé, la classification phylogénétique actuelle a pour but de créer des groupes emboités qui reflètent un déroulement de l'évolution biologique. Elle répond aux questions "Qui partage quoi ?" " Qui est le plus proche parent de qui ?" .


Assez parlé (ou écrit), voici quelques photos montrant un aperçu du matériel mis à disposition. Ce matériel est en amont introduit par de nombreuses séances invitant l'enfant à observer des êtres vivants à manipuler des figurines afin qu'il puisse aisément comprendre et intégrer les critères communs utilisés pour les classer.

Dans ces boites, les "animaux" sont sous forme d'images que l'on peut placer dans les différentes boites.





L'ensemble des différents matériels proposés est utilisé lors des ateliers scientifiques et des ateliers 3-6 ans en fonction des besoins et envies de vos enfants.

Plus de renseignements sur les ateliers c'est ici.

#pedagogie #vie #sciencesnaturelles #biologie #SVT #evolution #parente #environnement #phylogénétique #comprendreavantdapprendre #trouversaplace #classer

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout