La magie des apprentissages autonomes

Au premier abord, on pourrait croire qu'un apprentissage autonome consiste simplement à donner un livre de mathématiques à un enfant, un bon site internet éducatif et de le laisser se débrouiller seul en totale autonomie. Au risque de vous décevoir, ce n'est pas cela !


"N'aidez jamais un enfant à faire une tâche qu'il se sent capable d'accomplir seul" Maria Montessori.

Les enfants ont envie d'apprendre, ont besoin d'apprendre... C'est un besoin tellement fort qu'il est même inscrit dans leur gêne. Sans apprentissage particulier entre leur naissance et l'entrée au CP, ils acquièrent, par eux-même, un bon nombre de compétences. Par exemple, un enfant apprendra à marcher ou parler en observant en essayant et en persévérant.


Ce type d'apprentissage se base sur ce que l'on appelle les jeux libres. Ce sont des jeux au cours desquels des enfants de classe d'âge différents sont groupés et décident de ce à quoi ils jouent comment et où. Au cours d'un jeu, ils seront donc libres d'en modifier les règles et le but. A travers eux, l'enfant va coopérer, être attentif aux besoins d'autrui, prendre des décisions, faire des consensus, maitriser son corps, ses peurs et ses colères. Quel outil formidable donc ! Mais attention à ne pas dénaturer le jeu, c'est à dire a lui trouver absolument un objectif éducatif, vous perdriez alors toute sa puissance. Le jeu est au service de l'éducation mais personne ne joue pour s'éduquer. Lorsque je joue au Monopoly par exemple, je le fais pour m'amuser et non apprendre à gérer mon portefeuille, faire des additions, des soustractions, apprendre à rendre la monnaie.... Je joue avant tout pour m'amuser. Un jeu effectué avec un objectif sérieux comme objectif principal n'est plus un jeu et l'on en perd toute la puissance éducative.


Je suis toujours même étonnée et subjuguée par la puissance de ce type d'apprentissage avec mes propres enfants. Ils s'épanouissent, prennent les chemins qui leur conviennent, répondent à leurs instincts, chemins parfois déroutants et surprenants pour l'adulte que je suis. Mon rôle est alors d'observer, écouter et surtout n'intervenir que lorsqu'ils en formulent la demande. Un rôle difficile à tenir mais qui au fil du temps et des opportunités j'arrive à améliorer. Et puis, je dois l'avouer, plus j'interviens, moins ils apprennent. Je vous le dis et je l'observe tous les jours : les vrais apprentissages se font dans la vraie vie.

Attention, je ne fais pas RIEN non plus. Je met à leur disposition un environnement serein, apaisant, où ils y trouveront la liberté qu'ils souhaitent et qu'ils peuvent explorer en toute sécurité. Je me tiens à leur disposition lorsqu'ils sollicite mon aide. Il me faudra alors écouter leur besoin et leur montrer calmement, lentement et sereinement comment faire afin qu'ils soient en mesure de le faire par eux-même une prochaine fois. Enfin, surtout et avant tout, je leur fais CONFIANCE car "plus on fait confiance à une personne, plus celle-ci devient digne de confiance".


Les apprentissages acquis sont alors véritables, profonds, ancrés dans la réalité et répondent parfaitement aux besoins du moment de l'enfant. De plus, ils véhiculent un message primordiale à mes yeux "Je suis capable de m'en sortir par mes propres moyens".


Faites comme moi, renseignez-vous, formez-vous et laissez les enfants vous émerveillez par leur capacités et compétences innées.




Se former :

Lire :

  • Peter Gray (2013) Libre pour apprendre Actes Sud - Traduction française 2016

  • John Holt (2011) les apprentissages autonomes - Comment les enfants s'instruisent sans enseignement Editions l'instant présent.

Posts récents

Voir tout